Une nuit,
le temps de se retrouver.
Me glisser sous le drap
froid, lisse et poussiéreux.
Respirer cette odeur 
qui autrefois m'animait.
Me rendre compte,
le temps d'un simple baiser,
ce pour quoi je m'abandonnais. 



République
Sur la grande place,
sa voix retentit.
Les passants aigris se ferment,
indifférent à ses plaintes.
Elle continu, toujours plus haut,
à s'égosiller.
Ses notes usées, comme des échos
se perdent sur les pavés.





Je sens le printemps qui s'amène.
Sur les terrasses les gens se préparent,
à la promesse que le soleil leur fait.
Comme une obligation,
chaque matin,
il se lève dans l’insupportable espoir,
d'apporter à chacun l'inaccessible apaisement. 


                                


Hier, j'ai pris la fuite.
Ici, c'est un trou béant.
Tout y est grand,
et solitaire.
J'entends que mon cœur
jamais ne pourra s'échapper.
Toujours résonne, braillard,
les plaintes de mon passé.



















































While you were sleeping 



















On pourrait définir le ciel comme l'endroit que les hommes évitent